Retour vers la page d'entrée!

mise à jour :

<<Retour  Suite>>

 

 

Route du Blues 2

Memphis – 16 Juin 2010

 

Memphis sounds

Memphis est une pépinière de lieux légendaires musicaux. Nous démarrons la journée avec la visite de SUN STUDIOS ( 706 Union Square / Downtown Memphis) . Nous sommes dans le berceau du Rock’n’Roll…et ce n’est rien de le dire tant l’émotion est forte.Une visite guidée d’environ 40 minutes nous attend, avec anecdotes et extraits musicaux.

Sam Philips


Le label SUN RECORDS fut fondé en 1950 par Sam Philips. Des enregistrements historiques comme Rocket 88 , par Ike Turner et ses Kings of Rythm considéré comme étant le premier morceau Rock de l’histoire de la musique, en 1951. Puis That’s Allright Mama, en 1954 par un Elvis Presley encore inconnu.Le disque à l’époque de sa sortie sera joué 16 fois en 3 heures sur la radio locale plébiscité par les auditeurs . Blue Suede Shoes par Carl Perkins, Great Balls of Fire par Jerry Lee Lewis, Cry cry cry par Johnny Cash, ooby Dooby par Roy Orbinson. Une session incroyable aura lieu en décembre 1954, où Sam Philips enregistre  ensemble Elvis Presley, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins et Johnny Cash.
Le disque sortira des années plus tard sous le nom de The Million Dollar Quartet, 27 morceaux d’anthologie.

Le Fameux "million dollar quartet":de g à d..Jerry Lee Lewis,Carl Perkins,Elvis Presley et Johnny Cash.


L’age d’or de Sun Records n’aura duré que 5 ans, Elvis Presley partira chez RCA, Sam Philips au bord de la faillite préférera le vendre pour 35 000 dollars de l’époque plutôt que de fermer la boutique.
Johnny Cash partira également, mais chacun en laissant un héritage impérissable.Le Studio regorge d’instruments vintage et les photos au mur sont magnifiques d’authenticité.

Le véritable micro de l'époque offert par Sam Philips au Musée avant sa mort.


La relation des lieux entre SUN RECORDS et STAX notre prochaine destination est palpable à Memphis. L’histoire du Blues est evidente, Le Rock et la Soul viennent du Blues, ils l’ont emmené plus loin, l’ont fait évoluer afin de toucher une audience encore plus large.


STAX – Le temple de la Soul


STAX, symbole réussi du métissage blanc/noir , le groupe Booker T en est le parfait exemple. Auteur du tube planétaire «  Green Onions », ce groupe accompagnait la plupart des artistes du label.
Nous y voyons une reconstitution du studio original, avec les instruments de l’époque, orgue, guitares, batterie, saxophones, etc…De nombreuses vitrines nous content l’histoire de cette musique si   prenante. Exposition également de costumes de scène légendaires, comme celui d’Ike & Tina Turner, Sam & Dave, Otis Redding, etc…

Le Blouson d'Otis Redding (offert par l'épouse d'Otis ,Zelma Redding au Musée Stax).


Les murs sont tapissés de vinyls, par dizaines voire par centaines. Autant d’artistes qui ont élévé la Soul Music au rang de musique universelle.
L’age d’or de la Soul, c’est STAX records & music.


Pour les noirs américains, la musique fait partie intégrante de leur vie. Elle a une signification profonde et leur héritage est multiple empruntant à tous les genres.
Dans ce périmètre où certaines maisons sont délabrées, nous passons devant la maison d’enfance d’Aretha Franklin, à quelques pas des studios STAX.

Maison natale d'Aretha Franklin


Pour terminer notre journée, alors que l’orage gronde, nous partons pour le 450 Mulberry Street.


Le « Lorraine Motel « fut le lieu d’une tragédie : L’assassinat du pasteur Martin Luther King, prix nobel de la Paix, le 4 avril 1968.Le Lorraine Motel a une charge émotionnelle incontestable. Il a aujourd’hui été transformé en musée dédié à sa mémoire et au Mouvement des Droits Civiques dont il fut la figure emblématique dans les années 50 et 60.Le Mouvement des Droits Civiques luttait contre la ségrégation raciale que subissaient les noirs, notamment dans les Etats du Sud.
Les marches successives sur Washington ont permis au mouvement d’obtenir l’adoption de certaines lois comme celle en 1964 ; Toute discrimination dans les lieux publics et sur le lieu de travail est interdite. Et en 1965, le droit de vote est accordé aux noirs.
Rappelons nous que dans les années 50, les noirs etaient maintenus à l’écart de la population blanche, toilettes séparées, non-accès au fontaine d’eau, accès bloqué à l’université ou dans certains emplois.Comme je le disais hier encore, le Blues, c’est une voix noire qui s’élève pour parler de sa condition et affirmer son indentité.

Nous descendrons sans doute ce soir une nouvelle fois ce soir sur Beale Street, au contact des artistes locaux, pour entendre ou ré-entendre cette musique qui berce notre voyage depuis notre arrivée.

<<Retour  Suite>

Haut

Francis Rossi aka Frame or the Gomor Rick Parfitt aka The Womor Alan Lancaster aka "Nuff" John Coghlan aka "Spud" Roy Lynes Andrew Bown Pete Kircher Matt Letley John "Rhino" Edwards Jeff Rich Bob Young Leon Cave the new boy 2013 Paul Hirsh